DDR League  Stepmania France 
M-Games
Accueil
Présentation
Contacts
Partenaires
DDR League
Articles
Jeux
Forum
Galerie Photos
Galerie Vidéos
 
 
 
 
 
 


Juin 2003 – Buju
[email protected]
version 1.0



Introduction

Ce guide montre la procédure à suivre pour la construction d’un tapis en métal pour Dance Dance Revolution. Je n’autorise que http://www.m-games.org et http://www.bibidancingteam.fr.st à publier ce guide et à utiliser des photos, textes ou schémas que j’ai fait.

Ce guide est une manière de construire un tapis, mais il en existe bien d’autres. Il n’est pas forcément facile de trouver exactement les mêmes pièces que celles que j’ai utilisé, il faut donc adapter bien souvent la construction en fonction du matériel dont on dispose. J’espère que les descriptions seront suffisantes, sinon contactez moi par e-mail.

Les caractéristiques de ce tapis sont lui suivantes :

  • Il est incassable, les feuilles de métal sont suffisamment épaisses pour supporter les trick et autres figures en tout genre.
  • Les touches en résine permettent de jouer en chaussures, la résine a une résistance équivalente à celle du métal. Vous pouvez jouer avec toutes sortes de chaussures, avec les genoux, sauter, taper, la résine ne se fêle pas comme le plexiglas.
  • Les flèches ne s’enfoncent pas, elles restent toujours à hauteur des plaques en métal comme à la borne.
  • Les capteurs sont sensibles, puis avec 4 par touche on peut taper n’importe ou pour que le contact se fasse. On enchaîne facilement les 100 combos, au dessus ça dépend du niveau du joueur, héhé.
  • Il pèse 20 kg, mesure 940 x 940 x 40 mm.
  • Il faut compter aux alentours de 200 euros pour sa construction (les flèches en résine coûtent ¼ du prix).
  • Il ne s’use pas avec le temps.

    Bonne construction !


    1. Le matériel à acheter

    2 plaques en acier galvanisé – 1 mm d’épaisseur – 500 x 1000 mm
    1 plaque en acier galvanisé – 1 mm d’épaisseur – 500 x 500 mm
    16 capteurs électroniques
    4 planches en aggloméré 280 x 280 x 30
    1 planche en bois contreplaqué 280 x 280 x 10
    1 planche en bois contreplaqué de 880 x 880 x 10
    1 tasseau en bois 1000 x 20 x 20
    2 tasseaux en bois 2000 x 40 x 30
    2 tasseau en bois souple 1500 x 22 x 22
    16 coins de valise
    4 plaquettes de mousse anti-vibration autocollantes (1 mm d’épaisseur) 8 x 20
    Du fil pour l’électronique
    De l’étain pour souder
    36 visses longueur 40 mm diamètre 6 mm tête ronde
    Grosse boite de visses longueur 30 mm diamètre 3 mm
    Grosse boite de visses longueur 45 mm diamètre 3 mm
    Boite 45 visses longueur 20 mm diamètre 2.5 mm
    Une manette Playstation bas de gamme
    Des dominos tout petit
    1 pot de 1 litre de résine pour inclusion
    2 pots de 1 litre de résine polyester (type éco)
    1 m² de toile roving 100 g/m²
    2 m² de toile roving 160 g/m²
    2 m² de fibre de verre, mat 400 g/m²
    1 pot de cire de démoulage

    2. Découpe des plaques en métal

    Prenez vos plaques en métal galvanisé. Il y a 2 modèles différents de plaques à découper :

  • la plaque centrale qui est un carré de 340 x 340 (280 + 30 + 30 = 340 mm)
  • les 4 autres plaques dans les angles qui forment aussi un carré de 350 x 350 (280 + 30 + 40 = 350 mm)

    Pour découper une épaisseur de 1 mm d’acier, il vous faut impérativement une disqueuse électrique avec un disque pour découper les métaux. Vous pouvez éventuellement couper les angles à retirer avec une scie à métaux, mais pour le reste utilisez une disqueuse.

    La plaque centrale



    Découpez un carré de 340 x 340 mm. Ensuite à l’aide d’un marqueur, tracez les lignes pour la découpe des angles de cette plaque. Chaque coin de la plaque doit avoir un carré en moins de 30 x 30 mm pour que le pliage puisse avoir lieu.
    Ainsi, une fois pliée, la plaque mesurera 280 mm de largeur et longueur (c’est un carré), et les rabats de chaque coté mesureront 30 mm chacun.

    Les 4 plaques latérales

    Ces plaques sont différentes de la centrale puisque les rabats sur les cotés extérieurs du tapis doivent mesurer 40 mm au lieu de 30.



    Découpez des carrés de 350 x 350 mm. Ensuite à l’aide d’un marqueur, tracez les lignes pour la découpe des angles de cette plaque. Deux coins de la plaque doivent avoir un rectangle en moins de 30 x 40 mm. L’angle en bas à droite doit avoir en moins un carré de 30 x 30 mm et l’angle en haut à gauche doit avoir en moins un carrée de 40 x 40 mm.
    Ainsi, une fois pliée, la plaque mesurera 280 mm de largeur et longueur (c’est un carré), et les rabats mesureront 30 mm en bas et à droite et 40 mm à gauche et en haut.

    3. Pliage des plaques

    A l’aide de la disqueuse, commencez à creuser dans la tôle selon les lignes établies au marqueur précédemment. Il ne faut pas appuyer, seulement faire passer la disqueuse à l’endroit où le pliage va s’effectuer. Si vous ne faites pas cette entaille dans la tôle, il est impossible de plier de l’acier à 1 mm d’épaisseur. Cette entaille permet aussi un pliage propre et précis. Mais faites attention à ne pas traverser à la tôle, le passage de la disqueuse sur les zones de pliage doit se faire rapidement pour ne pas que la disqueuse creuse trop profondément.

    Faire la même opération pour toutes les tôles en s’assurant de bien respecter les trais du marqueur. Au final, toutes la plaques doivent avoir un carré au centre de 280 x 280 mm.

    Pour lier, la méthode la plus simple est de trouver un tasseau en bois ou en métal et de placer une arrête de ce tasseau sur la ligne de pliage. A l’aide de sert joins, fixez le tasseau sur une table ou un établi. Prenez un maillet en plastique pour éviter d’abîmer la tôle et tapez de manière à ce que la tôle fasse un angle droit. Faites la même chose pour les 4 coins à rabattre pour chacune des 5 plaques en métal.

    Au final vous devez obtenir 4 couvercle à gâteaux, 4 identiques avec 2 rabats de 40 mm et 2 de 30 mm, et 1 avec 30 mm de rabats sur tous les cotés. Ajuster les angles avec le maillet en plastique pour que chaque angle fasse 90°.

    4. Perçage des plaques

    A l’aide d’une perceuse électrique, percez les trous suivants. Les trous rouges doivent être percés à un diamètre de 3.5 mm et les verts à un diamètre de 6 mm.



    Insérez ensuite les 4 plaques en bois aggloméré de 280 x 280 x 30 dans les 4 plaques latérales. Fixez les « boites à gâteaux » sur le dessus à l’aide des visses de longueur 40 mm, diamètre 6 mm et tête ronde en suivant les points verts.


    Les 4 plaques à insérer

    Puis vissez les visses de longueur 30 mm, diamètre 3 mm sur les angles repliés en suivant les points rouges. Il ne faut cependant pas visser dans les trous aux extrémités des rabats de 30 mm. Ces trous serviront à visser les équerres (coins de valise) pour maintenir les flèches. Ne vissez donc rien sur la plaque centrale.

    Vous obtenez le résultat suivant.



    Pour la plaque centrale, faites un cadre en bois avec le tasseau de 1000 x 20 x 20. Ce cadre doit être un carré de 280 x 280 qu’on peut insérer dans la plaque centrale. Pour cela, découpez dans le tasseau des longueurs de 260 mm et visser dans les coins pour former un cadre carré.
    Vissez ensuite le cadre obtenu à la plaque en contreplaqué de 280 x 280 x 10. Vous obtenez donc une plaque en bois aux mêmes dimensions que celles insérées dans les plaques latérales (280 x 280 x 30), mais la centrale est creuse.


    Rajoutez un morceau de tasseau au centre pour solidifier la plaque

    5. Relier les plaques entre elles

    Utilisez les équerres (coins de valise) pour fixer les plaques entre elles. Il y a en tout 16 coins de valise à fixer à l’aide des visses de 3 mm de diamètre et 30 mm de longueur.



    Une fois les 5 plaques reliées, il est préférable de construire un cadre pour maintenir le tout bien en place. Pour cela, utilisez les 2 tasseaux en bois de 2000 x 40 x 30.

    Coupez les tasseaux pour obtenir 4 tasseaux dont :
  • 2 de 940 x 40 x 30 mm
  • 2 de 880 x 40 x 30 mm

    Une fois les tasseaux découpés, mettez les en place sans les visser autour des 5 plaques en métal.
    Assurez vous que les 40 mm soient en hauteur (le tapis fait 40 mm d’épaisseur), les 30 mm en largeur et les 940 ou 880 mm en longueur.
    A l’aide d’un crayon, repérez le trou qu’il faut percer pour visser par l’intérieur les équerres situées à l’extérieur du cadre. Percez les trous pour les équerres (2 trous par tasseau), et vissez par l’intérieur les équerres aux tasseaux. Les tasseaux sont alors fixés aux plaques en métal. Percez ensuite 2 trous sur chacun des rabats des plaques en métal, soit 4 trous par tasseau. Puis enfin percez des trous au bout des tasseaux pour fixez les tasseaux entre eux.

    Déposez ensuite le cadre sur la plaque en bois contreplaqué de 880 x 880 x 10.



    6. Réalisation des flèches en résine

    Sortez les modèles suivants sur format A3 et sur papier blanc classique (surtout pas du glacé ou du carton). Sortez à l’imprimante 2 modèles de chaque. Avec une aiguille fine, percez des trous, plusieurs par cm² pour que la résine pénètre bien la feuille de papier.



    La réalisation des flèches en résine se fait en 2 étapes, une avec la résine à inclusion et l’autre avec la résine polyester.

    Découpez pour chaque flèche (donc 4 fois) :
  • 2 carrés de 300 x 300 mm dans le roving 100 g/m²
  • 3 carrés de 300 x 300 mm dans le roving 160 g/m²
  • 4 carrés de 300 x 300 mm dans le mat 400 g/m²

    Prenez 2 plaques en bois entièrement lisses (genre meuble plastifié, plan de travail de cuisine). Nettoyez à l’aide d’un chiffon doux ces plaques et passez ensuite de la cire de démoulage (ici en bleue) pour que les flèches se décollent par la suite. Essuyez la cire avec le chiffon.



    Il faut ensuite réaliser le mélange de la résine à inclusion avec le catalyseur. La dose de catalyseur doit représenter 2% de la quantité de résine à inclusion utilisée. Il y a cependant une marge d’erreur de 1 ou 2%. Plus il y aura de catalyseur, plus la résine va sécher vite. Faites le mélange et brassez la résine pour que le catalyseur soit bien répandu dans la résine. Utilisez ¼ du pot de résine à inclusion.

    Avec un pinceau, appliquez sur la plaque du dessous une première couche de résine à inclusion.



    Une fois la couche bien étalée, déposez un premier carré de roving 100 g/m².



    A l’aide d’un débulleur il est préférable de faire fuir les bulles d’air qu’il pourrait y avoir sous le roving. Placez ensuite un second roving 100 g/m² par dessous le premier. Assurez vous que les roving baignent dans la résine, ne lésinez pas sur la quantité de résine à appliquer avec le pinceau.

    Déposez alors la feuille de papier percée à l’aiguille (pour que la résine passe au travers), face vers le bas comme suit.



    Rajoutez de la résine et déposez un roving 160 g/m² sur la feuille de papier.



    Finissez le pot dans lequel il y a la préparation, faites fuir les bulles à l’aide du débulleur, puis déposez par dessus la planche en bois cirée. Déposez ensuite sur le dessus une lourde charge en veillant à ce que les plaques en bois cirées ne glissent pas. Surtout n’appuyez pas sur la charge, sinon lorsque vous allez retirer votre poids, l’appel d’air créera des bulles. Utilisez des vieux classeurs ou livres pour poser dessus.



    Nettoyez alors votre pinceau avec de l’acétone (qui bouffe la résine) et laissez sécher la résine pendant une demie journée.

    L’étape suivante se réalise avec la résine polyester, moins chère que la résine à inclusion. Démoulez la partie supérieure de la flèche. Si vous démoulez la flèche entièrement pensez à appliquer de la cire de démoulage sur la planche en bois du dessous.
    La flèche doit être très fine, et très souple, il faut maintenant la rigidifier. Passez de l’acétone sur la flèche et grattez avec du papier de verre pour qu’il y ait de l’accroche.

    Versez ½ litre de résine polyester dans une récipient et ajoutez encore 2% de catalyser et mélangez.
    Appliquez la résine, puis déposez une feuille de mat 400 g/m², faites fuir les bulles d’air, assurez vous que le mat baigne bien dans la résine et appliquer une autre feuille de mat 400 g/m². Le principe est toujours le même à chaque pose de couche de roving ou de mat, on débulle et on regarde qu’il y a suffisamment de résine. Appliquez une 3ème couche de mat 400 g/m² puis une 4ème.
    Appliquez pour finir 2 roving 160 g/m².

    Recouvrez de la plaque en bois cirée, puis déposer la lourde charge. Attendez encore une demie journée avant de démouler. Et n’oubliez pas de nettoyer le pinceau avec l’acétone (n’utilisez pas le chiffon que vous prenez pour mettre la cire, parce que l’acétone bouffe la cire et donc lorsque vous essuierez la plaque qui a de la cire, la cire sera bouffée et il sera impossible de démouler la flèche).

    Pour récapituler, une flèche en résine est composée de :
  • 2 roving 100 g/m²
  • la feuille de papier avec la flèche imprimée
  • 1 roving 160 g/m²
  • 4 mat 400 g/m²
  • 2 ronving 160 g/m²

    Pour démouler tapez avec un marteau sur les planches en bois, les vibrations font que la résine se détache de la cire. Vous obtenez votre flèche toute lisse dessus et dessous (plus les planches en bois plastifiées sont lisses, plus la flèche est lisse et plus elle se démoule facilement).
    Découpez ensuite la flèche avec une disqueuse à diamants pour former un carré de 280 x 280 mm.
    La flèche fait 6 mm d’épaisseur.

    Refaites la même chose pour les 3 autres flèches.

    7. Les capteurs

    Les capteurs que j’ai utilisé sont des capteurs électroniques utilisés en bout de chaînes industrielles.



    J’ai retiré le levier pour ne laisser que le petit bouton blanc qui déclenche le contact. Il y a 3 pattes sur lesquelles on peut souder. Il faut alors souder sur le pattes centrale et celle située du coté du petit bouton blanc.
    J’ai placé 4 capteurs par flèche, il en faut donc 16 au total.

    Créez un cadre avec les tasseaux en bois souple 1500 x 24 x 22. Le cadre doit être un carré de 270 x 270 x 22.



    Découpez des bandes de mousse autocollantes anti-vibration de 20 x 200. Collez les sur le dessus cadre.

    Il faut alors fixer les capteurs sur l’intérieur des ces cadres. C’est la partie la plus délicate de la construction du tapis, puisque de là va dépendre la sensibilité du tapis et donc des sensations futures.

    Il faut fixer les capteurs avec les visses de longueur 20 mm et diamètre 2.5 mm. Ces visses doivent passer dans les 2 trous qu’on voit sur le capteur. Il faut donc que le bouton blanc du capteur ne dépasse seulement que de ½ millimètre au dessus de la mousse anti-vibration. Il faut que le cadre soit en bois souple pour qu’on puisse enfoncer le début des 2 visses à la main pour être très précis. Pour chaque capteur vissé, il faut tester son efficacité. Pour cela, posez le cadre au sol et prenez une flèche finie et posez la sur le cadre. Mettez votre pied sur la flèche comme si jouiez, si le contact se fait (par un petit « clic » qu’on entend lorsque le capteur s’enfonce), alors c’est que le capteur est placé à la bonne hauteur. Si le contact se fait lorsque vous déposez la flèche sur le cadre, c’est qu’il faut redescendre ce capteur. Si le contact ne se fait pas même lorsque vous être montés sur la flèche c’est qu’il faut le remonter. Effectuez un test pour chacun des 16 capteurs à visser dans le cadre.



    Avec un fer à souder, de l’étain et les fils reliez les capteurs entre eux. Reliez les pattes du milieu du capteur avec les fils bleus (qu’on va déterminer comme étant la masse). La patte sous le bouton blanc doit être reliée au fil jaune (qui déterminera la flèche). Le montage se fait en dérivation, de manière à ce que le contact sur un seul des capteurs suffise à déclencher la flèche. Si plusieurs capteurs s’enfoncent en même temps, le contact se fait tout pareil. Creuser un tunnel sous le cadre pour faire passer les fils sans les pincer.

    Une fois les 4 cadres réalisés, vissez les sur la planche en bois contreplaqué 880 x 880 x 10 de manière à ce que les cadres entrent dans la structure.



    Retirez le cadre avec les 5 plaques de métal et commencez à rassembler les fils avec les dominos comme sur le dessin si dessous.




    Avec du scotch, maintenez les fils au sol sur la plaque en bois contreplaqué. Déposez ensuite sur chacun des 4 cadres en bois avec les capteurs, les flèches dans le bon sens (flèche de droite tournée à droite).

    Creusez des tunnels si ce n’est pas fait sous les plaques de métal comme sur le dessin pour ne pas pincer les fils. Percez aussi un trou au centre de tasseau en bois situé en haut du tapis, pour passer les fils par ce trou.



    Puis déposez le cadre avec les 5 plaques en métal pour obtenir ce qui suit. Les flèches ne doivent pas dépasser. Pensez d’ailleurs à arrondir les coins des flèches si les coins de valise n’ont pas un angle droit à l’intérieur. Les flèches doivent entrer parfaitement dans le cadre puisqu’elles font 6 mm d’épaisseur.

    On a donc les plaques de métal qui font 30 mm de haut, et les flèches entre 29 et 30 mm aussi (22 mm de tasseau, 1-2 mm de mousse, 6 mm de flèche = 30 mm). Vissez 5 visses par dessous pour chacun des 4 angles en métal.



    Avec la perceuse électrique, faite des trous de diamètre 6 mm dans les coins des flèches et sur les coins de valise. Ne percez que la résine, ne percez surtout pas au diamètre 6 dans les cadres en bois qui tiennent les capteurs sinon les visses de diamètre 6 ne prendront pas dans le cadre du dessous.



    Vissez ensuite les visses de 6 mm de diamètre à tête ronde dans les cadres sous les flèches. Les visses ne doivent pas prendre dans la flèche pour que celle ci reste mobile.

    Et voilà le résultat du tapis fini, il faut ensuite s’occuper de la connexion des fils à la manette Playstation.



    8.La manette Playstation


    Démontez la manette Playstation, vous devriez avoir quelque chose comme ce qui suit. Notez que l’image qui suit je l’ai prise à Keven, elle n’est pas de moi ^_^



    Reliez les fils qui sortent du tapis à leur place. Pour cela, soudez 4 fils sur chacune des 4 directions de la manette. Pour trouver la masse, il suffit bien souvent de gratter la couche qui recouvre le cuivre n’importe ou sur la manette, dans un coin par exemple. Et ensuite soudez aussi ce fil. Vous avez donc 5 fils. Si vous avez 2 couleurs, consacrez toujours la même couleur à la masse, pour mon tapis c’est le fil bleu.

    Coupez ensuite le plastique de la touche select (qui ne sert à rien) et ressortez les fils par le trou. Scotchez bien le tout pour que les fils ne se détachent pas à l’intérieur, les soudures ne tiennent pas trop bien sur les manettes.



    Reliez donc avec un domino les fils de la manette, et notamment la masse qui est toujours avec un fil bleu (donc fil bleu avec fil bleu et il vous reste 4 fils jaunes). Prenez soin de préciser sur le domino la destination des fils vers la manette, haut, droite, gauche et bas. Ensuite branchez votre Playstation et faites des tests pour relier les fils à la bonne place. Prenez un fil au hasard que vous placez dans le domino, et appuyez sur la touche. Si en appuyant sur la flèche du bas vous allez à droite c’est que c’est pas le bon fil (logique, héhé). Essayez avec les autres fils jusqu’à ce que vous tombiez sur celui qui actionne la flèche du bas. Faites la même chose pour les autres fils.

    Serrez bien les visses dans les dominos, lancez une partie de Dance Dance Revolution et amusez vous comme des fous ^_^ Pour valider vous avez la manette, et pour danser, le tapis.
  •